Si la renommée des pâtissiers parisiens n'est plus à faire, il est évident que le talent ne s'arrête pas aux frontières de la capitale. Curieux de découvrir ce qui se passe ailleurs, nous sommes allés dans le Morbihan à la rencontre de Maëlig Georgelin, le plus jeune membre du club très fermé des relais desserts (qui compte certains des pâtissiers les plus influents de France, dont Pierre Hermé ou Claire Damon). Son établissement, Au Petit Prince, est rapidement devenu le repère des gourmands de la région (ou des touristes les plus pointilleux). La pâtisserie de Maëlig Georgelin se distingue par un attachement fort à sa région et son histoire, qu'il met en valeur dans des créations résolument modernes et très gourmandes, réinventant les classiques français à la façon "Breizh".
Intéressés par le travail de ce jeune chef, nous avons désiré le rencontrer afin d'en savoir plus sur lui et son univers. C'est avec simplicité et générosité que Maëlig Georgelin nous a accueilli pour une brève interview.

petit-prince-etel-maelig-gerorgelin-01PP : Maëlig, pouvez vous nous résumer brièvement votre parcours?
Maëlig : J'ai débuté en tant qu'apprenti chez Georges Larnicol (MOF) à Quimper. Suite à cela j'ai travaillé quelques temps dans la chocolaterie de Henri Le Roux. Puis, curieux de découvrir le monde et l'univers de la restauration, j'ai entrepris un long tour du monde gastronomique, où j'ai eu la chance de travailler auprès de chefs étoilés dans de somptueux palaces... Pour finalement revenir dans ma ville natale et ouvrir ma propre pâtisserie Au Petit Prince.

PP : Sacré parcours ! On dit de la pâtisserie que c'est un métier qui demande beaucoup d'investissement et parfois des sacrifices, qu'est ce qui vous a motivé à choisir ce métier ?
Maëlig : Principalement par passion. Dans mon travail, je m'amuse chaque jour à marier les goûts, les textures, les formes, les couleurs. Mais mon principal plaisir c'est transmettre cette émotion à nos clients.

PP : Pouvez vous nous dire ce qui fait la spécificité de vos pâtisseries par rapport aux autres pâtissiers?
Maëlig : Un travail très poussé dans la recherche des textures. Des mariages osés et originaux. Aussi, je porte une grande importance au travail manuel, comme le dressage des crèmes à la poche, qui apporte beaucoup de gourmandise.

PP : Quelle est Votre pâtisserie signature ou votre plus belle création ?
Maëlig : C'est un gâteau qui n'a malheureusement jamais été commercialisé car il était trop long à mettre en place. Cette pâtisserie mariait de petites feuilles de chocolat à la fleur de sel, un crémeux au chocolat Chuao, une crème d'amande soufflée au chocolat et des framboises. Un mélange extrêmement gourmand !

PP : Pouvez vous nous expliquer votre processus de création pour les nouvelles pâtisseries et votre source d'inspiration ?
Maëlig : Généralement je pars d'une idée, d'un thème ou plus simplement d'une forme, d'une couleur. Puis j'en parle avec toute l'équipe pour faire un brainstorming. Suite à cela chacun y réfléchit, fait des schémas avec des goûts et des couleurs et propose ses idées à l'équipe. Les plus convaincants sont ensuite réalisés avant de passer au vote.
Pour moi il est important d'impliquer toute l'équipe dans le processus créatif.

PP : Quel est le ou les produits que vous préférez cuisiner?
Maëlig : Le chocolat, plus précisément le Manjari de Madagascar, l’Illanka du Pérou et le Chuao du Venezuela qui sont mes trois chocolats fétiches. Puis aussi, plus classique, la vanille de Madagascar.

PP : Y a-t-il un produit que vous détestez travailler?
Maëlig : Hmm… Je cherche (… longue pause). Je n'en vois vraiment aucun, donc non.

PP : Quel est votre gâteau préféré ?
Maëlig : L'éclair au chocolat, c'est pour moi la gourmandise à l'état pur. Je suis aussi très fan du Millefeuille.

PP : Quel pâtissier admirez-vous le plus ?
Maëlig : Pierre Hermé ! Un monsieur d'une simplicité, d'une gentillesse et d'une humilité incroyable. Un mec qui a apporté et apporte encore beaucoup au métier.

PP : Un hobby en dehors de la pâtisserie?
Maëlig : J'en ai eu beaucoup, mais aujourd'hui c'est tout simplement de passer du temps avec ma femme et ma fille.

Un grand merci à Maëlig Georgelin de nous avoir reçus avec tant de gentillesse.

Et comme nous ne pouvions pas repartir sans emporter quelques unes de ses dernières créations, nous sommes repartis avec un exemplaire de chaque pâtisserie qu'il restait en vitrine (assez peu en fait, car il était tard et de nombreux gourmands étaient passés avant nous).

interview : Maëlig Georgelin tarte 01
interview : Maëlig Georgelin tarte 02

Tarte chocolat au lait, tonka, arachide et caramel beurre salé. D'une précision redoutable, cette pâtisserie nous a beaucoup plu. Son goût pourrait rappeler celui de la célèbre barre chocolatée Snickers, mais revu en version haut de gamme et à la mode Bretonne.

interview : Maëlig Georgelin plougastel 01
interview : Maëlig Georgelin plougastel 02

Le Plougastel : fraises de Plougastel, chantilly vanillée, sablé breton et guimauve. Simple mais rafraîchissant. Néanmoins, le sablé breton manquait un peu de cuisson et de croquant.

interview : Maëlig Georgelin mama 01
interview : Maëlig Georgelin mama 02

Mama : chocolat, mousse au coquelicot, compotée de framboise et guimauve. Notre préféré. Une pâtisserie tout en équilibre et en nuances.

Pour finir, une petite galerie d'images afin de mieux vous présenter Maëlig Georgelin et son univers :

AU PETIT PRINCE

4 Place de la République 56410 ETEL
aupetitprince-etel.com

PARTAGER CET ARTICLE :

Recent Posts

Laisser un Commentaire

Conctactez nous

Laissez nous un message, et nous vous répondrons dès que possible !

Not readable? Change text. captcha txt